Pourquoi porter un appareil auditif ?

 

Les problèmes d’audition sont un trouble assez fréquent, surtout chez les personnes âgées : en moyenne, parmi les personnes de plus de 65 ans, une sur trois souffre d’une perte d’audition (c’est-à-dire d’une déficience auditive partielle ou totale). Outre l’âge, d’autres facteurs peuvent contribuer à la perte auditive : l’hérédité, certaines maladies infectieuses, la prise de médicaments ototoxiques, les traumatismes physiques ou acoustiques et l’exposition prolongée à des bruits forts. Les appareils auditifs sont des innovations technologiques de plus en plus avancées qui peuvent aider l’oreille humaine en cas de perte d’audition : plus la qualité des appareils auditifs est élevée, plus l’écoute sera naturelle comme le cas de l’appareil auditif phonak.

Pourquoi porter un appareil auditif ?

La perte d’audition, qui peut avoir une incidence négative sur la communication et les aptitudes sociales, peut avoir un impact majeur sur la qualité de vie. Les aides auditives permettent de retrouver la perception de nombreux sons perdus, d’améliorer la communication et la compréhension même dans les environnements sonores les plus difficiles, d’enrichir les relations interpersonnelles et de favoriser les interactions sociales.  L’amélioration de la qualité de vie est une évidence. La perte auditive peut toucher une ou deux oreilles (unilatérale ou bilatérale), être de transmission (causée par des pathologies qui endommagent l’oreille moyenne : tympan, marteau, enclume et étrier) ou neurosensorielle (causée par des processus dégénératifs dans les cellules ciliées de la cochlée). Pour plus d’info sur phonak belgique, rendez-vous sur le site maison-appareil-auditif.be

Les appareils auditifs : à quoi servent-ils ?

Les appareils auditifs sont utilisés pour corriger quantitativement et qualitativement la déficience auditive en égalisant, modifiant le message sonore et en le dirigeant dans le conduit auditif. En cas de besoin, le patient souffrant d’hypoacousie (surdité) ou de bourdonnements/sifflements (acouphènes) peut, en effet, bénéficier de l’aide d’un appareil auditif spécifique qui, agissant comme un égaliseur d’audition, s’avère être un remède indispensable pour éviter que les problèmes d’audition n’affectent négativement les activités quotidiennes. Dans les cas graves, un implant cochléaire peut être la solution la plus adaptée : contrairement à une aide auditive, un implant cochléaire (également appelé “oreille bionique”) compenser artificiellement les parties défaillantes ou endommagées de l’oreille interne en transmettant des stimuli sonores (mots et bruits) directement au nerf auditif. Un implant cochléaire se compose d’une partie externe comprenant un microphone, un récepteur et un processeur et d’une partie interne comprenant des électrodes insérées chirurgicalement dans la cochlée. Il peut être utile aux personnes, adultes ou enfants, qui présentent une perte auditive neurosensorielle profonde dans les deux oreilles et qui ne peuvent pas bénéficier des aides auditives traditionnelles.

Procédure, opération et préparation

La procédure visant à trouver la solution la plus adaptée à chaque cas spécifique commence par une approche diagnostique initiale, qui repose sur la collecte d’informations sur les antécédents médicaux du patient et de sa famille, ainsi que sur la recherche des comportements qui ont pu, d’une manière ou d’une autre, provoquer la perte d’audition, la présence d’éventuels symptômes liés à la perte d’audition (par exemple, des douleurs d’oreille ou des vertiges), la période au cours de laquelle la perte d’audition a été ressentie pour la première fois et si elle s’est aggravée avec le temps.  Ensuite, un dépistage auditif approfondi consiste en quelques tests simples permettant d’évaluer le degré et les caractéristiques de votre perte auditive et de déterminer les options de traitement les plus appropriées. En ce qui concerne la préparation, les spécialistes effectuent le contrôle avec des tests auditifs ciblés (examen audiométrique) : il s’agit de tests de conduction aérienne et osseuse utilisés pour déterminer la nature du trouble auditif (conductif ou neurosensoriel) et permettant de définir l’ampleur de l’hypoacousie et d’en déterminer les causes : le sujet est assis dans une cabine insonorisée et écoute un son de fréquence et d’intensité différentes, généré à intervalles irréguliers et, pendant ce temps, sa réponse est enregistrée sur papier (audiogramme), puis comparée à des paramètres de référence.

Choix de l’implant auditif

Si votre perte auditive est due à une lésion de votre oreille interne, une aide auditive peut améliorer votre capacité à entendre en égalisant le son que vous entendez. Plus précisément, il s’agit d’un dispositif électronique composé d’un microphone qui détecte le son ; un égaliseur qui traite le son ; un haut-parleur qui envoie le son à l’oreille ; une batterie qui alimente les composants électroniques ; un mécanisme permettant de contrôler le volume. Grâce à l’évolution considérable dans le domaine, les appareils auditifs de dernière génération sont devenus de plus en plus efficaces et parfaitement capables de rendre les mots distincts dans des environnements avec un bruit de fond. Sur le marché, ils sont disponibles en différents modèles qui diffèrent par leur taille, leurs caractéristiques et leurs modes d’application. Lors du choix d’une aide auditive, il est essentiel d’être guidé par un audioprothésiste qualifié, qui pourra suggérer l’appareil le plus adapté à chaque cas. Les aides auditives peuvent être divisées en plusieurs catégories :

Les appareils contour d’oreille sont généralement utilisés pour les patients présentant une perte auditive moyenne, sévère ou très sévère. Ils sont placés derrière l’oreille. Le son est conduit dans le canal auditif par un embout qui se trouve à l’intérieur du canal auditif. Certaines aides auditives contour d’oreille sont équipées de deux microphones qui vous permettent d’écouter les sons à proximité ou de vous concentrer sur les sons provenant d’une direction spécifique (cela peut être très utile dans les environnements particulièrement bruyants);

Appareils auditifs intra-auriculaires : adaptés aux pertes auditives légères à moyennes. Ils sont placés à l’intérieur du conduit auditif : seule une petite coque dépasse et remplit l’ouverture de l’oreille externe ; les appareils intra-auriculaires : indiqués pour améliorer les pertes auditives légères à moyennes. Ils sont insérés dans le canal auditif et sont presque invisibles ;

Les appareils auditifs à conduction osseuse : ils sont recommandés pour les personnes souffrant d’une perte auditive de transmission ou pour celles qui ne peuvent pas porter un appareil auditif aérien traditionnel. Le dispositif est appliqué avec une lunette où la transmission du son a lieu au niveau de l’os mastoïde grâce à un petit vibrateur, qui en réponse aux sons arrivant au microphone les transmet par vibration à la cochlée.