La téléassistance : Une aide au maintien à domicile

Une fois que l’âge avance, la santé commence à se fragiliser et il faut un dispositif comme la téléassistance pour garantir la sécurité des seniors. Ceux-ci sont en effet plus exposés aux risques de chute et de malaises. Cet article a pour objet de vous aider à mieux comprendre l’importance de ce dispositif de sécurité des personnes âgées.

En quoi la téléassistance constitue-t-elle une aide au maintien à domicile ?

La première alarme personne âgée fut testée en 1974 pour la première fois. Depuis lors, cette technologie continue de démontrer son utilité dans le maintien des personnes âgées à domicile. Équipée d’un boîtier de compensation et relié à un centre opérateur, la téléassistance personnes âgées permet d’alerter le personnel chargé d’écoute en cas d’urgence. Lorsque les seniors subissent une chute, il est souvent difficile pour eux de se relever seul et sont donc bloqués au sol. Cela pourrait avoir des répercussions sur l’anatomie et la santé de ces derniers. La téléalarme est un dispositif efficace et facile d’utilisation. En cas de problème, il suffit au senior d’appuyer sur le bouton d’aide du médaillon pour alerter l’opérateur. Il sera directement mis en contact avec le chargé d’écoute grâce au haut-parleur du boîtier du dispositif. Le chargé d’écoute va à son tour informés les proches du senior. Lorsqu’il s’agit d’un cas grave, les services de secours sont immédiatement mis au courant afin d’offrir à la victime une prise en charge rapide et adaptée. Cela permettra de minimiser les risques de traumatisme et de séquelles. Un centre opérateur fonctionne 24 h/24 et 7 j/7. Cela permet à l’entourage du senior de vaquer à leurs occupations en toute sérénité. Le but de ce service est de permettre aux seniors et personnes handicapées de vivre chez eux seuls ou en famille de façon sécurisée et indépendante.

Quels sont les types de téléalarmes disponibles sur le marché ?

On distingue trois principaux types de téléalarmes. Il s’agit de la téléalarme classique, de la téléalarme mobile et de la téléalarme médicalisée. Ils se différencient par leurs fonctionnalités.

Téléalarme classique

Ce système est le plus connu et le plus adapté pour un usage à domicile. Sa portée de déclenchement peut atteindre les 150 mètres. En fonction du système choisi, la personne âgée doit avoir en permanence sur elle un bracelet, une montre ou un médaillon. Ces accessoires représentent « l’émetteur ». Ils sont équipés d’un bouton qui permet à la personne âgée d’envoyer un signal au centre opérateur en cas d’urgence. Le signal peut être également transmis à un proche. Chaque système est aussi muni d’un transmetteur relié à la prise téléphonique.

La téléalarme mobile

Encore appelé téléalarme intelligente, ce dispositif se décline sous forme d’un téléphone portable ou d’une montre. Il peut être utilisé à l’extérieur comme à l’intérieur de votre domicile. Il fonctionne suivant le même principe que la téléalarme classique. Avec ce type de dispositif, les personnes âgées peuvent circuler en toute sécurité en dehors de leur domicile. Ce dispositif dispose des technologies GPS et GSM. Cela permet de localiser facilement le porteur en cas de problème. Lorsque la personne est à son domicile, l’alarme se déclenche de façon automatique grâce aux capteurs de mouvement.

La téléalarme médicalisée

Son fonctionnement est aussi basé sur le même principe que les deux précédents. Ce qui le différencie de ceux-ci est qu’il met le senior en contact avec un plateau d’assistance médicalisé. Lorsque le porteur tombe malade, des médecins d’urgence sont immédiatement informés et lui viennent en aide. Il est plus adapté aux personnes âgées dont leur santé est très fragile. Certains dispositifs permettent de signaler les fuites ou la fumée. Il faut également préciser que d’autres détecteurs peuvent être connectés au système de téléalarme. Il s’agit par exemple de détecteur de porte ouverte, détecteur de présence au lit ou détecteur d’inactivité.

Quels sont les critères à prendre en compte lors du choix de votre contrat ?

Vous devez souscrire un contrat avant d’avoir accès au service de téléassistance personnes âgées. Il est donc nécessaire de bien vérifier les clauses du contrat, notamment les clauses de résiliation. Il est conseillé d’opter pour un contrat flexible. Le contrat doit être sans frais de résiliation et sans engagement de durée. Avec un tel contrat, vous avez la possibilité de le résilier à tout moment, en cas de recrutement d’une aide à domicile, de placement en maison de retraite ou de décès. Il faudrait aussi vérifier les tarifs d’abonnement. Ils varient d’un prestataire à un autre. Pour comparer les offres, vous devez prendre en compte les services proposés. Si certains contrats prennent en compte l’installation et la maintenance technique du matériel, d’autres ne comportent que la téléalarme. En ce qui concerne le matériel, son ergonomie doit être adaptée au porteur. Il doit combiner légèreté et facilité de déclenchement. Un matériel étanche permettra aussi au senior de le porter sous la douche qui est une zone à grands risques.

En dehors de ces critères de choix, vous devez aussi vous assurer du bon fonctionnement du dispositif après son installation. Il serait mieux de vous tourner vers un prestataire qui vous aidera à maitriser l’utilisation du dispositif à travers une formation.

Quelles sont les aides financières possibles pour l’installation d’une alarme personne âgée ?

Une partie des frais d’installation d’un système d’assistance à distance peut être prise en charge par certains organismes ayant pour vocation d’aider les personnes âgées à vivre à domicile. Il s’agit par exemple des mutuelles ou des caisses de retraite. Certains départements offrent également une aide financière à titre d’aide sociale aux seniors. Par ailleurs, lorsque votre prestataire possède un agrément SAP, une réduction d’impôt allant jusqu’à 50 % des dépenses de l’année peut être appliquée. Certains départements viennent aussi en aide aux personnes âgées pour l’installation du système de téléalarme à travers l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). Mais, pour bénéficier de l’APA, il faut être âgé de 60 ans. Une aide départementale peut aussi être accordée sur une décision de la maison départementale du handicap.