Comment guérir un kyste pilonidal ?

Le kyste pilonidal est une maladie chronique caractérisée par une inflammation périodique sur fond infectieux. À sa base se trouve la structure anatomique d’un kyste, c’est-à-dire une cavité tapissée d’épithélium, située dans l’espace fessier, dans la zone sacro-coccygienne. Son trait caractéristique est le poil qui pousse à l’intérieur, d’où l’appellation kyste pilonidal.

Les causes de la formation d’un kyste pilonidal

La cause de la maladie n’est pas exactement connue. La théorie la plus probable est que les poils poussent plus profondément dans la peau, ce qui conduit à l’inflammation du tissu sous-cutané et à la formation de microlésions. Au fil du temps, l’inflammation se propage aux tissus environnants. L’inflammation peut être favorisée par des conditions physiologiques spécifiques au niveau des fesses (chaleur, humidité, accès d’air obstrué, présence de bactéries anaérobies, friction mutuelle des fesses). Souvent, après la formation d’un kyste, des fistules supplémentaires se développent. Il existe également des facteurs de risque potentiels pour la formation d’un kyste pilonidal, tels que : sexe masculin, prédisposition génétique à l’acné, furoncles, folliculite et kystes sébacés, pilosité importante sur les fesses et texture raide des cheveux, traumatisme du coccyx, fréquente et longue exposition à long terme à la position assise (travail, vélo, équitation, conduite), obésité, tabagisme, diabète.

Souvent les couvertures santé ne prennent pas en charge le traitement du kyste pilonidal. Cependant, sur lechatsur.fr, vous trouverez la formule qui vous convient pour vos traitements.

Symptômes du kyste pilonidal

Dans de nombreux cas, le kyste pilonidal est asymptomatique, sans inflammation ni fuite. Chez certains patients, le contenu séreux s’écoule de la bouche du kyste au fil du temps. Une fuite prolongée du contenu et le blocage de l’ouverture du kyste peuvent entraîner une infection et la formation d’abcès. Dans ce cas, des symptômes tels que gonflement, douleur, rougeur, démangeaisons, fièvre, odeur désagréable dans la zone de la maladie apparaissent. Le patient se rend généralement compte du processus pathologique en cours lorsqu’il remarque des traces d’écoulement purulent ou séreux sur ses sous-vêtements et que l’inflammation est très avancée. Si vous ressentez de la douleur et de l’inconfort lorsque vous vous asseyez, vous devez consulter un médecin pour obtenir des conseils. La situation la plus courante dans laquelle un patient contacte un médecin est un abcès douloureux au niveau de la fissure de la fesse. Une telle situation nécessite une intervention chirurgicale généralement associée à une antibiothérapie.

Comment traiter un kyste pilonidal ?

Jusqu’à présent, aucune procédure chirurgicale uniforme et universelle n’a été développée dans le traitement des kystes pilonidaux. Une méthode de traitement consiste à percer l’abcès et à rendre sèche la zone infectée, et à administrer au patient des antibiotiques et des anti-inflammatoires. Cette prise en charge est envisagée dans les premiers stades de la maladie. Il est également possible d’utiliser l’ablation endoscopique. Au cours de la procédure, les poils incarnés et les follicules pileux sont retirés, puis la plaie est cautérisée. C’est une méthode peu invasive qui ne laisse aucune cicatrice et permet au patient de récupérer relativement rapidement. Dans le cas des formes avancées de la maladie, un traitement chirurgical est utilisé. Le kyste pilonidal est enlevé chirurgicalement sous anesthésie générale, tandis que la plaie chirurgicale est laissée ouverte pour la cicatrisation de la granulation, la suturant partiellement ou complètement, laissant un drain à l’intérieur. Le traitement chirurgical peut être compliqué par une infection, un saignement ou une déhiscence après le retrait des sutures. Le processus de guérison est considérablement prolongé dans ce cas. En raison du fait que la zone opérée est assez délicate et exposée à de fortes tensions, il est recommandé aux patients de rester à la maison après l’intervention jusqu’à ce que les points de suture soient retirés, puis de limiter l’activité physique au minimum nécessaire pendant environ 6 semaines jusqu’à ce que les couches internes de la plaie postopératoire guérissent complètement.