Dans l’alphabet latin, la lettre ‘’J’’ y occupe la 10eme place. Elle est également, sa 7e consonne. A l’origne, il était tres facile de la confondre avec la forme ornée du i. ce n’est qu’à partir du XVIe siècle, que la differenciation a été possible. De plus on utilisait frequement le j, pour marquer la fin des nombres ecrits en chiffres romains. C’est une invention de l’époque moyenâgeuse, qui s’apparente un peu comme un « i cédille ».

L’histoire d’une lettre

Son utilisation était très courante, dans de nombreux documents commerciaux, les contrats et autres. Il servait donc à écrire un nombre, et éviter les fraudes. Par la suite on l’a adopté, dans les traditions scolastiques et ecclésiastiques françaises. Grace à lui, on pouvait écrire les mots latins qui allaient muer vers le français, avec une certaine prononciation.

Histoire d’un jour de la semaine : jeudi

Commençant par la lettre ‘’J’’, le jeudi est le 4e jour de la semaine civile dans la majorité des pays du monde. Par contre dans la semaine chrétienne, il vient à la cinquième place. Il en est de même pour les juifs et les musulmans. Jeudi vient du latin Jovis dies, qui traduit veut dire : le jour de Jupiter. Selon la norme ISO, le jeudi est codé par le chiffre 4. Si on en croit une norme toute récente ISO 8601, elle présente le jeudi, comme étant le jour au milieu de la semaine.

Dans la liturgie, le jeudi est très présent. Par exemple on distingue le Jeudi Saint, qui est celui qui vient avant le dimanche de Pâques. Il y a aussi le Jeudi de l’Ascension, qui correspond au quarantième jour après la fête de Pâques. De plus on célèbre la Fête-Dieu, le jeudi suivant la Trinité. Seulement, le jeudi n’est pas qu’un symbole positif dans les histoires du monde. Certains sont tristement célèbres, comme le Jeudi noir, correspondant au 24 octobre 1929. Il fait référence, à une grande dépression qui a secoué les Etats-Unis d’Amérique.

Il y a aussi le Jeudi noir du 15 aout 1940, du 16 juillet 1942 ou encore celui de janvier 1978. En somme, le jeudi est un jour chargé d’histoire.